Revirement de situation

Hey hey,

Voici donc ce qui s’est passé aujourd’hui. Patience, le titre prendra son sens.

8 h 30 ce matin. Je suis déjà réveillé depuis un bout, mais le matin j’aime bien ça prendre touuuut mon temps depuis que je suis ici (surtout que je me ferai pas achaler par la job avant la fin de l’après-midi). DRRRRING! Hein? Qui est-ce qui m’appelle à cette heure-là? Je peux pas dire pourquoi, mais j’étais certain que ce n’était pas une urgence à Trois-Rivières, donc ça venait d’ici. Était-ce le gars d’hier qui me donnait des news concernant le service DSL? Je décroche…

– Allo?
– BlahblahblahblahDeutscheTelekomblahblahblah? Blah, blahblah! Blahblahblah?
(Whoa whoa, Speedy Gonzalez!) Uhh… Excusez-moi, je parle allemand très mal, pouvez-vous répéter plus lentement? (C’est en train de devenir une de mes phrases célèbres. J’ai d’ailleurs arrêté de demander si la personne parle anglais, français ou espagnol. Ça me semblait pas… « correct », entre gros guillemets. Approprié, disons. Si la personne est à l’aise en anglais, elle parlera. C’est pas comme si c’était pas flagrant que mon allemand est médiocre anyway…)
(Le gars hésite, et à travers le téléphone je le sens descendre tous les saints du ciel d’avoir pogné une salope d’étranger comme premier client de la journée.)

J’ai fini par comprendre que, apparemment, y aurait rien à faire concernant le DSL et que ce serait le 31 juillet, ou j’étais libre d’aller me faire foutre par un poteau de téléphone plein d’échardes si ça faisait pas mon bonheur. Alright, sa femme a probablement pissé dans ses Corn Flakes à matin : malgré mon plaidoyer que la date du 31 était une erreur et que j’ai besoin du DSL pour ma job (considérant qu’il m’a pris complètement par surprise, je pense m’en être pas trop mal tiré), nope, rien à faire. Petite lueur d’espoir, il me dit qu’il va m’envoyer un e-mail s’il y a du changement. OK, mais je retiens pas mon souffle.

Aussitôt raccroché, je me rue sur l’ordinateur et garroche un e-mail à la fille du fournisseur Internet, À L’AIDE PLEASE! Environ 1 heure plus tard, BAM! Elle me répond que le service sera activé demain, et que j’aurai pas besoin d’être là. Zuh? Facile comme ça? Je m’attendais à la semaine prochaine ou quelque chose du genre. Eh ben… Je sais pas quelles photos compromettantes elle possède, mais je vous dis que ça opère quand elle se charge d’un dossier. Alright, voilà quelque chose de réglé, on l’espère.

Il fait assez frais, mais le soleil règne pour le moment, alors hop, deux brefs voyages aux deux épiceries du coin, on dîne vite, puis je décide d’aller au KaDeWe (antre de la bête) pour finalement régler mes commissions qui traînent (séchoir à linge, parapluie).

Le trajet se déroule bien, et le KaDeWe est un peu plus luxueux que mon souvenir le laissait entendre. Je trouve les parapluies, et… Holy shit. Ça commence à 40 euros, jusqu’à 120 (60-180 $). Et des marques, mes amis. Dior, St-Laurent, alouette. Un peu trop pour moi. Je vais au 4e étage (y en a 7) pour les produits de maison. Je réussis à baragouiner à une vendeuse que je cherche un séchoir à linge. Elle m’indique où les trouver. Tout ce que je vois, c’est un support à serviettes pour la salle de bains, en métal brossé, le paquet. Pas ce que je veux, et trop cher anyway. Je sacrions mon camp de là, après être passé par le 6e étage, réservé entièrement aux produits d’alimentation (Whoa, et je ne suis même pas gastronome).

Ya un autre magasin à rayons tout près (Wertheim), mais un peu moins grande claaaaasse. J’arrive là, bam. Parapluies à 15 euros et plus. J’en pogne un à 20. Quand même 30 $, mais je sais que je pourrai pas faire mieux, à moins d’en voler un ou de me rendre en Pologne. Je baragouine à une autre vendeuse pour le séchoir à linge. Elle, au moins, comprend exactement ce que je cherche, et m’envoie au sous-sol.

Après quelques instants de recherche, jackpot! Le premier séchoir que je vois coûte 60 euros (je sacre intérieurement), mais… attendez, ah, un à 50… 40… hmm, 30 ici. Ah-ha! 10 euros drette ici, léger, bonne grandeur, vendu! Je ramasse en liquidation une serviette (à utiliser comme tapis de douche) et une débarbouillette (à utiliser comme débarbouillette), et je file, entre dans le métro, prends le métro, manoeuvrant le séchoir comme un virtuose, sors du métro…

… sous une pluie battante! Ah, mais qu’ai-je donc ici? Je sors mon parapluie tout neuf, l’étiquette encore dessus, et je jouis de mon statut de non-trempé.

Sur mon chemin, je vois devant moi une fille, mi-vingtaine environ, s’en aller sans parapluie. Ça commence à tomber pas mal, alors pourquoi pas partager mon beau parapluie tout neuf? J’arrive à sa hauteur…

– Entschuldigung, ich habe Platz (je lève les yeux et agite le parapluie), wenn Sie möchten…
(Excusez-moi, j’ai de la place, si vous le désirez…)
– (Elle sourit) … Nah, it’s OK, danke!
– (Je souris, hoche la tête et reprends ma vitesse grand V. Une trentaine de secondes plus tard vint le dialogue intérieur suivant 🙂
– (Ahhhh fuck! Con! C’était pas Platz qu’il fallait dire, c’était Raum! Platz c’est une place délimitée, comme un siège. Shit, je suis pas pour virer de bord et aller lui dire ma version corrigée maintenant, trop tard. Platz… Hmm, oops… Est-ce que mon signe vers le parapluie était assez clair? Est-ce qu’elle a bien compris? Oh shit, est-ce qu’elle a pensé que je l’invitais chez moi? Que j’ai improvisé un plan de kidnapping tellement vite que j’ai même pas enlevé l’étiquette sur le parapluie? Haha, bon ben coudonc. Très smooth, James Bond!)

Maintenant que j’ai terrorisé mon citoyen quotidien, je rentre chez moi, le sentiment du devoir accompli. Pris de bonheur, je fais une brassée de lavage pour célébrer et mettre à l’essai mon achat. Splendide. Dommage qu’il sera trop gros pour être rapporté au Québec, il va me manquer. C’est mon premier ami ici!

Alors voilà, tout plein de problèmes ont été réglés aujourd’hui, et ça m’a vraiment remonté le moral. J’espère que les choses se passent bien de votre côté aussi.

Diane, j’ai vu que t’as mis un autre commentaire, alors aujourd’hui ce sera un autre 2 pour 1. Eh que vous êtes donc chanceuuuuuux!

Beu-bye!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s