Toute la pluie tombe sur moi…

Hey,
Eh oui! Deuxième journée de pluie depuis mon arrivée. Deux jours de pluie en deux semaines, je peux vivre avec ça. D’autant plus que ça s’améliore de beaucoup en mai. Ça me paraît honnête. Je vais sûrement aller voir le gros centre d’achats au nord-est de la ville. Ironiquement, il s’appelle « la Cañada ».

J’en ai malheureusement entendu une bonne ce matin. OK, il pleut, donc c’est la parfaite occasion pour aller s’écraser à la bibli municipale et lire un bon coup, right? Ben la bibli est fermée le dimanche! What the fuck?! Le dimanche est la journée parfaite pour aller à la bibli (ou à la plage… hmm, bon, OK, je comprends un peu plus maintenant). Reste qu’ils prennent ça à coeur, la fermeture le dimanche.

À part ça, méchante journée de fou hier… Je suis venu ici vers l’heure du midi, OK. Ensuite, consulté quelques agences de location d’autos, dîner, 1 h 30 de plage (on essaie de se débarrasser du bronzage d’habitant), ensuite hop à Puerto Banus. Il est rendu 17 h. J’allais à PB pour aller voir Inside Man, le dernier film de Spike Lee – et le seul film en anglais dans tout le coin. Je paye les 6 euros (Fun Fact : tu te fais assigner un siège précis, du moins à ce cinéma-là; pas de free-for-all), et je me dirige vers l’escalier pour les salles. Ya une lumière vis-à-vis le numéro de la salle qui est allumée et qui dit ESPERAR (attendre). Le film doit pas être prêt, donc j’attends devant les escaliers un instant ou deux. Note : Ya une employée du cinéma à 5-6 pieds de moi, qui reste là sans rien faire. Uh, OK… Nos regards se croisent. J’essaye en espagnol : « salle 2, le film ne commence pas? ». Elle répond que oui, déchire la moitié de mon billet, et me dit de monter. J’étais trop confus pour lui dire que j’attendais parce que la lumière disait d’attendre, donc je suis monté. Je suis enfin arrivé à la salle, où une autre fille m’a guidé direct à mon siège (on était pas plus que 15 dans toute la salle…). Il était 17 h 08, et le film était commencé depuis quelques minutes (une autre surprise). Quant audit film, c’était correct, mais Spike Lee peut pas s’empêcher de mettre des maudits messages antiracistes partout, et ça paraissait par moments. 6.5/10, disons.

Après le film, je m’aperçois que Ryan a laissé un message sur mon téléphone, si ça me tentait de prendre un drink autour de 8 h 15. Bonne idée. Le soleil tombe et il commence à faire pas mal frais, donc je me dis que j’ai le temps en masse de retourner « chez moi » pour me changer (il est 7 h 20). J’arrive au terminus JUSTE à temps, et j’embarque…

… dans l’autobus le plus bondé de ma maudite vie. À un point tel que le monde disait/criait au chauffeur NO SE PUEDE! (« Ce n’est plus possible! », à peu près). Je pouvais juste rire devant la situation. Naturellement, ya eu un peu de retard, donc je suis arrivé tard « chez moi », changé en toute vitesse, et hop, on retourne à l’arrêt d’autobus à la vitesse « Tassez-vous, je passe ». Bref, je suis revenu à PB à 8 h 15 pile. Ça a l’air de rien tout raconté comme ça – et désolé si c’est confus, mais je peux dire que ça a été fertile en émotions!

Ça a valu la peine, au moins. Ryan est un super chic type, et on a placoté de tout et de rien.

Un peu trop longtemps, par contre. J’ai manqué le dernier autobus vers Marbella (à 22 h 52). On apostrophe un chauffeur de taxi, lui demande combien ça coûte pour « Marbella Centro ». 17 euros. Fuck, il me reste plus assez d’argent (on s’était tapé une super bonne pizza – faut croire que je commence à m’habituer à souper tard). Coup de chance, Ryan a encore du liquide. Il me prête 5 euros, et bang, me voici sur le chemin du retour (Ryan reste dans l’autre direction, à Estepona).

Là aussi, ça a valu la peine, parce que j’ai placoté en masse avec le chauffeur. J’ai pu voir que mon espagnol s’améliore pas trop pire, et aussi pour l’écoute, parce que les Andalous parlent vite et articulent pas énormément.

Donc c’est ça. En comptant les babioles que j’ai achetées après le film, en attendant le bus (parce que je pensais qu’il arriverait plus tard… oops), la journée m’a coûté 50 euros! Une chance que c’est pas comme ça tous les jours.

J’ai aussi commencé à checker un peu plus activement les apparts. J’ai vu une annonce dans le journal tantôt. Je vais essayer de les appeler plus tard, et probablement faire marrer mon interlocuteur un bon coup. La rumeur dit que c’est comme ça qu’on apprend!

Amusez-vous bien aujourd’hui, et j’espère que vous avez aimé le mini-roman 😀 Bye!

2 réflexions sur “Toute la pluie tombe sur moi…

  1. Après la messe de 11hrs, avons passé chez Tim manger une soupe. Il pleut à boire debout,c’est bon pour les pelouses. On va avoir de la visite cette semaine ( La tarte au sucre), dommage tu vas manquer ça; on peut pas tout prendre:le soleil,le sable chaud ,les beaux bateaux etc. J’adore les romans surtout quand je connais l’auteur. C’est merveilleux de pouvoir communiquer de cette façon. Je suis heureuse pour toi pour ce bon temps, profites-en bien. Mauricio va perfectionner son anglais tout le mois de juillet à Ste-Catherine,Ont. On pense descendre à Portneuf au début de mai. A la prochaine Super Memaine.

    J'aime

  2. Hey hey,J’ai eu le e-mail de P’pa. Pas de problème, je vais garder le téléphone proche.J’ai ben hâte d’entendre Mauricio à son retour. D’ici son départ, ça va être lui qui va devoir m’écouter massacrer sa langue, haha.Bye!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s