Des discothèques, un tournant inattendu, une quasi-crise cardiaque et une attaque à l’arme blanche (2e partie)

OK, voici la suite du roman.

ALLEZ À LA MISE À JOUR PRÉCÉDENTE POUR LE DÉBUT! C’EST UN ORDRE!


OK, donc fast-forward jusqu’à 4 heures plus tard, samedi matin 9 h. Ma charmante famille est occupée ferme à nettoyer l’appart, avec la radio à plein tube. Je me réveille. N’importe qui avec un pouls se serait réveillé.

Ryan avait mentionné 11 h du matin pour aller à Malaga. Je lui envoie un message texte à 10 h, mais quelque chose me dit que le mal de cheveux a eu raison de lui. J’appelle Lili à 10 h 15 (je l’avais avertie).

Je checke les horaires de bus (1 bus pour aller à la station, et un autre pour aller à Malaga, donc faut que ça coïncide)… finalement ya rien pour 11 h, mais un bus pour la station à midi, et pour Malaga à 12 h 30. Good. Ryan me répond par texte qu’il est trop poqué pour venir, et j’avais pas le numéro de Mario, donc on oublie ça.

Lili arrive à temps, on pogne le bus de justesse (l’horaire était pas clair, et y avait pas moyen de savoir de quel côté de la rue il arriverait. Naturellement, on était du mauvais côté.). Une heure et quelque plus tard, on arrive à Malaga.

Je m’éterniserai pas sur Malaga, mais je peux dire que c’était vraiment plaisant comme journée (même si on s’est perdus… je pense avoir un don pour ça), on a visité le musée Picasso. Je connais que dalle en peinture, mais c’était ben intéressant quand même. On a intercepté une visite guidée en allemand, et j’ai pu pogner quelques détails intéressants (avec Lili pour traduire le reste). Pas pu prendre de photos, par contre — y avait quelqu’un du musée dans chaque pièce. J’avais même pris la peine de mentir quand le gars à l’admission m’a demandé si j’avais une caméra sur moi. Oh well. J’ai pris quelques excellentes photos en ville, par contre.

Et la quasi-crise cardiaque, c’est quand j’étais dans la salle de bains du centre d’achats où on dînait et que ma caméra (dans son étui) est tombée… pas dans la toilette (fiou), mais dans la cabine d’à côté… qui était occupée. Je sors en catastrophe, et heureusement, le gars a ouvert la porte (il était pas dans une position compromettante, fiou encore) et me la redonne. Je me confonds en excuses et je sacre mon camp.

On est donc revenus à 19 h 30, et on décide d’aller voir DaVinci Code à 22 h. Morceau de chance, il est en anglais ici. On se rencontre de nouveau (Ulrike en plus) un peu en retard, et on entre dans la salle.

(Parenthèse : Ulrike m’a dit que le monde est allé à Puerto Banús vers 2 h 30 du matin en fin de compte. Fuck that. Et que tout le monde est rentré autour de 6 h, haha. Et que Steven a perdu sa caméra numérique quelque part en chemin. Doh. Je pense qu’il a son portable ici, donc s’il a transféré ses photos à mesure, c’est pas SI pire. Fin de la parenthèse.)

Quand je vous dis qu’on est en Espagne… À quelques reprises, la track audio a changé de l’original anglais à celle du doublage espagnol durant quelques secondes. Bravo. Ah, et aussi… Ça parle souvent français et latin dans le film, et les sous-titres étaient… en espagnol. En d’autres mots, ceux qui sont venus voir le film en anglais parce qu’ils parlent pas du tout espagnol peuvent aller se faire foutre!

Quant au film, c’est comme le livre. Du fast-food, pas mauvais comme tel, mais très oubliable.

Je suis donc revenu vers 1 h du matin, et me voici maintenant.

Et l’attaque à l’arme blanche, c’est quand je me suis coupé d’aplomb sur le haut du front avec mon rasoir à matin. On dirait que je me suis fait tirer dessus, très joli. Bref, désolé pour le titre accrocheur, haha.

Journée tranquille en perspective, comme à chaque dimanche. Du marchage, de la lecture dehors (il fait beau)… Et la Hollandaise est partie hier, un Allemand de 45 ans (!) devrait arriver aujourd’hui. Allez-y, riez de mon malheur 😀

En espérant que le roman fut divertissant, je vous dis amusez-vous bien!
Bye!

5 réflexions sur “Des discothèques, un tournant inattendu, une quasi-crise cardiaque et une attaque à l’arme blanche (2e partie)

  1. Ahah Roman très divertissant. Je t’Avoue que je m’attendais à autre chose de plus croustillant pour ton arme blanche que ton rasoir. Mais c’était surement voulu. Aille méchante soirée de fête! ça l’air que tu t’es bien amusé. Tu es chanceux qu’il fasse beau malgré qu’il y ait rien à faire le dimanche car ici je ne compte plus les journées qu’il pleut. C’est pathétique. En plus que j’Avais 7 jours de vacances…Elles sont à la pluie et je viens de me tapper un bon rhume depuis mercredi. Au moins, j’étais malade alors je pouvais pas sacrer par j’étais coma et que de toute façon j’aurais pas pu profiter pleinement du beau temps sil y en avait eu. Sauf que j’aurais bien aimé m’endormir au soleil au lieu de végéter sur mon divan à écouter 7 films cette semaine! Je suis allée voir Davinci Code et jai failli m’endormir à 2 reprises (c’Est vrai que j’étais malade aussi alors ça aide pas à écouter le film). Je dirais comme toi: le film est la réplique fidèle du livre. Ça m’a permis de me remémorer l’histoire. Je suis allée avec Réjean et lui n’avait pas lu le livre et il a trouvé difficile de suivre l’histoire. J’avoue que la lecture du livre facilite le visionnement du film et que j’ai apprécié pas mal plus sa lecture. Bon assez placotée, je retourne à mon ménage…Bonne semainevez

    J'aime

  2. Slut Pat.J’en suis a me demander si j’irai voir le CODE. …j’arive de NOTRE journée du loup…(tu sais la manif en moto devant le ureau du PM Charest. ) Ça pas été long. A mi-chemin, le bike à Jcq a commencé à montrer des signes de réticence. On arrête, on regarde et on repart. Tout un quidam sait que regarder , en mécanique, n’est généralement pas suffisant pour réparer. Effectivement, quelques instants, le trouble se fait sentir à nouveau.Retour à la maison et musique chez Jcq. Pas un gros programme pour influencer le G et La SAAQ.C’est parfois l’intention qui compte. SalutD

    J'aime

  3. Cher Patrick,Heureusement que je t’avais parlé ce midi,car j’aurais paniqué en lisant ton feuilleton, le suspense était aussi fort qu’aux vendredis dangereux ha! ha!. C’est bien le fun de te lire.Nous avons une petite éclaircie ce matin, mais la pluie a repris de plus belle. J’ai parlé à Zoel hier, il revenu chez-lui et ça va un peu mieux. Samedi nous avons pris un porto chez Diane et Mauricio, après-midi bien agréable. À la prochaine Super Mémaine

    J'aime

  4. Salut mec!Je suis content de lire que tu as eu une soirée quand meme passablement occupée.Moi rien,jài travaillé toute la fin de semaine,ce soir on est allé chez Mona ,c`etait bin lefun.salut J

    J'aime

  5. Hey,Isa : Ouais, on m’a dit qu’il fait un temps de merde au Québec. Toutes mes sympathies! (et d´solé pour le rhume, c’est vraiment plate.) Mon teint d’Arabe va ressortir encore plus, haha. Quant au livre/film, je regrette presque d’avoir lu le livre avant, parce que je peux pas dire si le suspense du film fonctionne. Je pense par contre que ça aurait pu être plus court (ça dure presque 2 h 20)…P’pa : La moto t’en fait voir de toutes les couleurs, hein? Espérons que tout ça se règle d’une façon ou d’une autre (dans le sens, en acheter une autre, heh).M’man/Jean : Je repense encore à la soirée, et je suis content du résultat. J’ai appris par contre que tout le monde n’est resté qu’une trentaine de minutes à la disco (quoiqu’avec l’alcool et tout, je doute fortement de ce chiffre), et qu’ensuite ils sont allés à Puero Banús à un endroit du genre de ce qui m’aurait plu. Oh well, ça m’aurait sûrement coûté plus cher anyway.Bye!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s